Fête de la Rose 2002

Logo de la Fête de la Rose 2002 Claude BARTOLONE
Claude BARTOLONE
Invité de la Fête de la Rose

La Fête de la Rose 2002 s’est déroulée au Parc des Gayeulles à Rennes le dimanche 29 septembre 2002 de 11h30 à 17h00. C’est un moment privilégié de débat pour les militants et sympathisants dans une ambiance conviviale.

Au programme…
  • Interventions politiques
  • Forums.
  • Débats.
  • Animations pour enfants.
  • Concert du groupe cubain Melao à l’heure de l’apéritif et de la Godinette.
  • Fest Deiz aux accents des duos Baron-Anneix et Ribeyre-Le Sciellour.
  • Des jeux gallos animés par l’Association La Jaupitre de Monterfil.
  • Bar et restauration.

Claude BARTOLONE

Le parcours de Claude Bartolone, né le 29 juillet 1951 à Tunis d’une mère maltaise et d’un père italien, révèle parfaitement les fonctions d’intégration et de promotion sociale de l’école publique. Il a d’ailleurs pointé du doigt ce rôle dans une interview donnée à l’occasion de sa nomination comme ministre de la Ville en 1998 : « on avait le sentiment de pouvoir tous s’en sortir un jour en bossant à l’école ».

A l’âge de neuf ans, ses parents subissent la politique agraire de Bourguiba et doivent traverser la Méditerranée. Ils s’installent avec leurs trois enfants dans un deux-pièces en banlieue parisienne : cité Jean Jaurès au Pré-Saint-Gervais, commune pour laquelle le jeune Claude se prend d’affection.
Ses professeurs du collège Anatole France l’orientent vers le lycée. Titulaire d’un bac scientifique, il poursuit des études universitaires et obtient une licence de mathématiques.

Devenu cadre dans l’industrie pharmaceutique, Claude Bartolone ne déserte pas pour autant sa banlieue. Témoin des bouleversements qui s’opèrent avec le premier choc pétrolier, il adhère au Parti Socialiste et milite au sein de la section du Pré-Saint-Gervais.

En 1977, il rejoint l’équipe municipale animée par Marcel Debarge — auquel il succèdera au fauteuil de Maire en 1995— et devient adjoint au Maire. C’est le début d’une carrière au service de la République et de la cité. En 1979, il est élu conseiller général de Seine-Saint-Denis. Deux ans plus tard, au lendemain de l’élection présidentielle de François Mitterrand, il est le plus jeune député de France. Fort de son ancrage local, il sera sans cesse réélu député de la sixième circonscription de la Seine-Saint-Denis (60% en 2002).

Après avoir intégré en 1982 le Comité Directeur du PS, il accède au secrétariat national ayant en charge en 1988 le secteur de la Jeunesse, en 1990 les Relations extérieures et en 1993 les Elections.

Claude Bartolone entre le 30 mars 1998 dans le gouvernement de Lionel Jospin qui lui confie le ministère de la Ville.

Ce fils de banlieue sait de quoi il parle quand il se fixe comme politique «d’être le chaînon entre l’Etat, les collectivités locales et les milliers de personnes, souvent bénévoles, qui travaillent chaque jour à améliorer la vie en ville» avec le perpétuel objectif d’«avoir la tête dans les agglomérations et les mains dans les quartiers». Il va mettre en œuvre la politique des grands projets de ville et des contrats de ville, dont le site pilote de Rennes qu’il viendra signer en février 2000 (visite au cours de laquelle il rencontrera le bureau fédéral et les militants dans les locaux de la fédération).


Les interventions politiques
Discours de Claude BARTOLONE

Intervention de Claude BARTOLONE, Député de Seine-Saint-Denis, le dimanche 29 septembre 2002.

Chers amis,
chers militants du Parti Socialiste,
chers camarades,

Permettez-moi de remercier en votre nom à tous, Jean-Claude du Chalard, Premier Secrétaire de cette fédération, qui à la tête des militantes et militants d’Ille-et-Vilaine a su en fédérant toutes vos énergies transformer ce département qui était loin d’être un département de gauche. Un département où des femmes et des hommes ont su travailler ensemble pour faire de ce département un département fertile pour les idées de gauche.
Lire la suite…


Le journal de la fête
Le journal de la Fête de la Rose 2002
Consultez-le…

Les animations musicales

Melao

Le groupe "Melao"

Créé à Cuba, ce groupe puise la force de son caractère dans un répertoire original associé au «son», musique traditionnelle née dans les années 20. Ce style, remis au goût du jour grâce au film «Buena Vistor Social Club», offre un cocktail pétillant de différents rythmes : changui, soukou-soukou ou encore merengue. Cette musique savoureuse et dansante assure une tonalité résolument festive.

Ce quartet est devenu quintet grâce à la rencontre de quatre santiagueros et de la chanteuse Catherine Boissé — vous connaissez tous, c’est l’ex-tubiste du groupe Uranus Bruyant qui a animé des soirées du Parti Socialiste à la Ferme de La Harpe.
Nino (tumbas, bongos, campana), Orwin (baby bass, chœurs), Raùl (guitare, chant), Santiago (tres guitare cubaine, chœurs), Catherine (chant, maracas) émerveillent les amateurs de ces rythmes chaloupés et déhanchés.

Une simple confidence : à Cuba, on appelle «melao» le second jus de la canne à sucre, apprécié pour sa saveur et son caractère.

Melao accompagnera avec excellence la godinette à l’heure de l’apéritif et se produira en concert au cours de l’après-midi.

Ambiance garantie pour cette deuxième Fête de la Rose du millénaire !

Ecoutez un extrait
{mp3}2002/melao{/mp3}

Odile Ribeyre et Magali Le Sciellour

Odile RIBEYRE et Magali LE SCIELLOUR

Participer à la Fête de la Rose, c’est également aller à la rencontre de jeunes talents. L’édition 2002 nous offre l’accord parfait entre classique et tradition, entre deux destinées réunies au hasard d’un stage international de musique celtique en 1999.

La violoniste, Odile Ribeyre, est originaire de Saint-Etienne ; titulaire d’une maîtrise de musicologie d’un DEA et d’un CAPES d’éducation musicale, elle embrasse une carrière classique participant à des ensembles orchestraux à Genève, Toulouse, Bordeaux… Le coup de foudre pour la musique traditionnelle lui tombe dessus en Bretagne : son parcours en est chamboulé.

L’accordéoniste Magali Le Sciellour connaît, quant à elle, le répertoire vannetais depuis sa tendre enfance. Fille et petite-fille de chanteur et sonneur, elle enseigne la musique à l’école municipale de Lanester.

La connivence est totale entre les deux artistes qui vont s’illustrer dans de nombreuses compétitions, remportant le premier prix du Kan ar Bobl en 2000. Cette référence va précipiter ce duo sur les routes de Bretagne à tel point qu’il devient la coqueluche des amateurs de festou-noz.

Duo Jean Barton – Christian Anneix

Duo Jean BARTON - Christian ANNEIX

Ces deux compères-là nous ont laissé un souvenir impérissable : ils avaient clos la Fête de la Rose de 1998 avec un répertoire énivrant, n’hésitant pas à répondre aux sollicitations du public tard dans la soirée. Alors, pour l’édition 2002, nous avons à nouveau fait appel au couple de sonneurs le plus célèbre de Bretagne.

Pour la petite histoire — car il faut bien les présenter — Jean Baron, sonneur de bombarde né en 1951, et son aîné d’un an, Christian Anneix, sonneur de biniou-koz se sont rencontrés en 1973 au Cercle d’Outre-Ille de Saint-Grégoire. Depuis, ils n’ont eu de cesse de participer au renouveau des festou-noz et bals bretons. Sacrés plusieurs fois champions de Bretagne des sonneurs par couple et lauréats de nombreux concours musicaux, ils enchantent le public par leur inspiration, leur dextérité et leur connaissance des répertoires des différents pays bretons.

Leur importante discographie, régulièrement saluée par la critique fait d’eux des dépositaires précieux de la musique bretonne. Ils sont fréquemment appelés à rejoindre des ensembles instrumentaux et cercles celtiques. Leur renommée internationale a conduit Jean et Christian à sillonner l’Europe, l’Outre-Atlantique, le Bassin Méditérranéen et l’Asie.

Difficile de résister à leur talent, à leur joie de vivre et à leur humour.

Ecoutez un extrait
{mp3}2002/bartonanneix{/mp3}


L’animation ludique

Association La Jaupitre
L’association “La Jaupitre” de Monterfil a assuré l’animation ludique de la Fête de la Rose 2002

La Jaupitre est une association, née dans la mouvance de la Fête de la Musique Gallèse de Monterfil, aujourd’hui “La Gallésie en Fête”, qui se consacre à faire re-découvrir, à promouvoir la pratique et à diffuser en tous lieux et en toutes occasions les jeux et sports traditionnels de Bretagne, et particulièrement ceux de la Haute-Bretagne, son territoire naturel.

Visitez leur site officiel !


La fête en photos
{besps}02_psen35/06_fetesdelarose/2002/photos|slideshow|ctrls=0|width=640|height=480|caps=0|inout=0{/besps}

Retour

Laisser un commentaire

×